La machine silhouette et son logiciel

La base de créations de ma carterie maison et des stickers, c’est la machine silhouette et son logiciel studio silhouette.

La machine existe en 2 versions : la portrait (celle que j’ai) qui est la plus abordable niveau prix et la cameo (plus chère mais pas même design).

Ces 2 sœurs travaillent avec le même logiciel, le studio silhouette. On peut acquérir la version designer pour plus de fonctionnalités…

Pour commencer je vais vous mettre la photo de la bête, elle se compose de la machine blanche (les schtroumpfs sont des stickers fabriqués avec du vinyle pour customiser la portrait), d’une lame de découpe et d’un tapis de transport (qui a bien morflé depuis qu’on l’a).

20141203_094811 (Copier)    20141203_094826 (Copier)

Voici le logiciel

20141203_094927 (Copier)  20141203_094935 (Copier)

Depuis ce logiciel, on peut ouvrir un fichier que l’on a sur ordinateur ou depuis la bibliothèque.

20141203_095005 (1) (Copier)

Une fois le fichier choisi, il apparaîtra à l’écran sur le studio

20141203_110000 (Copier)

On peut le retravailler à sa guise ou alors on demande à la machine de le couper…

Moi j’utilise très souvent du papier, soit du lidl (135g ou 270g), soit de la gamme Pollen de Clairfontaine (120g ou 160g)

20141203_095322 (Copier)

Dès lors que j’ai choisi le papier, je prends la feuille que je viens coller sur la feuille de transport…

20141203_095938 (Copier)

Je règle ensuite la lame de découpe selon les paramètres propres à chaque matière (vinyle, papier…), je mets la feuille de transport sur la machine en faisant attention à son alignement et je lance la découpe.

20141203_110022 (Copier)   20141203_095600 (Copier)

la feuille est transportée en va et vient et la lame se déplace de gauche à droite.

Dès que la découpe est terminée, on ressort la feuille et on procède à l’échenillage (partie la plus complexe surtout si la lame n’a pas bien coupé la matière).

20141203_111909 (Copier) (l’échenillage n’est pas parfait).

Cette machine ne sert pas uniquement à découper, elle sert aussi à écrire ou dessiner.

Pour cela, au lieu de mettre la lame, on met soit un stylo « sketch pen » soit un porte-stylo et un stylo classique (pas encore essayé la technique du porte stylo)

20141203_121455 (Copier)

Je vais vous montrer l’intérieur d’une carte où les écritures et dessins ne seront pas coupés mais « dessinés ».

Pour indiquer à la machine quelle partie du fichier elle doit écrire, je sélectionne les motifs et je les mets en bleu et la partie à découper reste en rouge.

20141203_121651 (Copier)   20141203_122355 (Copier)

J’insère le stylo à la place de la lame, je place la feuille de transfert et je demande au logiciel d’envoyer le dessin.

20141203_121724 (Copier)   20141203_121737 (Copier)   20141203_121756 (Copier)

 

Sur cet exemple, j’ai choisi une écriture en gris sur du papier (135g) vert.

20141203_122340 (Copier)   20141203_122253 (Copier)

Maintenant que les dessins sont faits, je lance la découpe.

Je remets bien la lame et je demande au logiciel de me couper la partie rouge.

20141203_122349 (Copier)   20141203_122355 (Copier)

Une fois que la découpe est faite, la carte est quasi finie.

Il ne reste plus qu’à la coller et la laisser sécher.

Pour ceux qui ne connaissaient pas, maintenant vous savez comment je m’y prends pour faire mes créations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.